17 mars 2022
Les bienheureux du Liban/ D. Sadek et G. de Laubier

Difficile d’imaginer après un reportage dans la capitale libanaise en plein confinement lire article que ce pays puisse abriter autant de richesses et de raffinement. Rédigé par la libanaise Désirée Sadek, directrice du Elle Décoration Oriental, Sublimes maisons du Liban offre, au gré des trente maisons ou appartements présentés, un ébouriffant voyage esthétique dans ce pays surnommé, judicieusement, la Suisse orientale et qu’Edith Wharton aurait pu inclure dans Les heureux du monde. Car c’est toute un certain mode de vie et monde de privilèges qu’on découvre au fil des photos signées Guillaume de Laubier, un habitué à l’exercice. Chaque cliché ressemble à un tableau composé, parfaitement cadré pour flatter l’oeil entre palais historiques, villa bohème chic ou au design minimaliste comme cet époustouflant appartement en centre ville décoré par Rumy Boutros ou encore la T villa réalisée par l’architecte virtuose du béton, Youssef Tohmé. Des sculptures-candélabres néo-grecs dans le palais d’Yvonne Sursock dans le très chic quartier qui domine Beyrouth d’Achrafieh aux tableaux contemporains mêlés aux meubles plus classiques chez la famille Salam à Marc Elianou ou leur Home Gallery imaginé dans un appartement Art Déco, les styles se juxtaposent avec bonheur quand ce n’est pas la nature généreuse qui s’invite à la terrasse de bougainvilliers chez Chahine Saadé ou les pins parasols de la Tree house à Chemlane, d’où l’on domine la mer et la ville de Beyrouth. C’est le début de la montagne si loin si proche de ce pays qui offre les deux à moins d’une centaine de kilomètres. La maisons des Cèdres, hôtel de charme décoré avec un goût assuré par l’autrice de ce beau livre publié aux Editions des Falaises, rend hommage pour sa part aux cèdres du Liban, emblème du drapeau national. C’est une promenade dans l’histoire du Liban entre seigneurs druzes au palais de Moukthara ou Byblos sous l’Empire ottoman chez Joseph Achkar et Michel Charrière dont le palais aux murs bleu pastels donne à voir ce qu’une rénovation respectant le passé peut créer comme modèle à suivre. Très répandues au XIXème siècle, les maisons aux trois arcades trouvent bien évidemment leur place dans cet ouvrage entre l’opulence chez le créateur de mode Elie Saab qui a choisi la sienne dans le Soho de Beyrouth, Gemmayzé non loin du tristement célèbre port depuis les explosions qui ont défiguré Beyrouth en août 2020. Mais pas question d’imaginer les dégâts dans ces lieux de luxe, calme et volupté ni de songer au bruit que les générateurs peuvent y faire pour assurer l’électricité d’une ville gangrenée par la crise. De Tripoli et ses émeutes pour la faim, on s’attachera plutôt à découvrir le sublime palais de la dynastie des Karamé où les boiseries en marqueterie de bois restaurées par la famille d’artisans Tarazzi sont une merveille de savoir faire, ô combien idoines de figurer en couverture de ce très « beau livre » à découvrir sans modération.

LM

Sublimes maisons du Liban, Edition des Falaises, 351 pages, 45 euros

Articles similaires