5 février 2017
Leïla Kaddour, en avant la musique!

Il y a quelques jours, elle assurait aux côtés du pape de la musique classique, Frédéric Lodéon, la présentation en direct des Victoires de la musique classique sur France 3. Joker de Laurent Delahousse pendant ses vacances, elle est cette semaine aux commandes du très couru JT de 20 h de France 2. Son nom? Leïla Kaddour Boudadi- son nom d’épouse-, grande brune mince de 36 ans qui confirme que sur France 2, on préfère les brunes aux blondes de TF1. Anciennement enseignante de lettres classiques, latin et grec ancien, elle coprésente avec Nagui depuis 2014 La bande originale tous les matins sur France Inter et assure aujourd’hui l’émission culturelle hebdomadaire de Culture box reprise sur  France Info TV. Bref, une trajectoire de rêve pour une agrégée qui allie fermeté et douceur avec professionnalisme et générosité. La chose est rare…

Quel est votre rapport à la musique classique?

Il est le même que celui avec la musique en général; je considère qu’il y a la musique que j’aime et celle que j’aime moins. Si l’on regarde ma playlist dans mon téléphone, il y a des morceaux classiques qui cohabitent avec de la chanson française, du rap, de l’électro. La musique classique, je l’écoute plutôt le soir pour atteindre un  moment de plénitude. J’ai commencé à la découvrir à l’école avec Vivaldi et les Quatre saisons. En ce moment j’écoute le Violon roi de Renaud Capuçon avec le plaisir de creuser avec quatre CD; j’aime tirer le fil en matière culturelle.

Vous pratiquez d’un instrument vous même?

A l’école, j’ai joué de la flute à bec; j’adorais les cours de musique et j’étais une élève assidue qui répétait beaucoup à la maison au grand dam de mes parents. Je trouvais cela très ludique; lorsque j’ai préparé l’agrégation de lettres classiques, j’avais un clavier sans vraiment de méthode précise et c’est un regret de ne pas pratiquer d’un instrument aujourd’hui.

Présenter les Victoires aux côtés de Frédéric Lodéon, cela vous fait quel effet?

Il est une référence avec cette capacité de partager ses connaissances et j’y suis très sensible car j’y retrouve mes velléités d’enseignante. C’est un bonheur et une belle complicité que nous avons ensemble. Il y a un respect et une complémentarité tout comme avec Nagui; j’aime bien les duos, je viens du sport collectif avec le basket et je pense que l’on est meilleur à plusieurs que tout seul. Les Victoires c’est tout une équipe.

Vous donnez l’impression d’être très à l’écoute de vos invités et des autres en général du fait de votre passé dans l’enseignement…

J’aime beaucoup la notion de doute, de remise en question de ce que l’on a appris qui va être complété par quelqu’un qui s’y connait plus que vous. C’est un rapport d’humilité et ce qui fait le sel du quotidien.

Vous avez récemment découvert la messe de 20 heures du JT, comment l’appréhendez-vous?

J’ai présenté pendant trois ans de JT d’Arte et pendant un an les matinales d’I TV donc je connaissais déjà l’exercice même si lorsque l’on m’a annoncé que je présentais le 20 h de France 2, je me suis dit que c’était quelque chose d’énorme. La notion de pression m’est cependant étrangère: j’aborde cet exercice comme tout les autres avec cette idée que j’ai un travail à faire et que je met tout en oeuvre pour y parvenir. Le trac est là cependant car je prend toujours chaque exercice très  au sérieux.

Vous m’avez en effet l’air assez sérieuse avec un profil de bonne élève…

J’étais très vivante à l’école, le genre à surveiller de près même si les profs m’aimait bien car je participais beaucoup. Je n’étais pas l’élève modèle.

Vous présentez également sur  Culture box une émission culturelle reprise sur France Info?

La chaîne est nouvelle donc on ne le trouve pas encore en replay mais l’émission a commencé en septembre; c’est une émission d’une heure dont je gère le contenu en choisissant les sujets dans l’éventail de France TV en intégrant tous les publics, des choix grand public et moins grand public. J’ai parfois des invités car j’adore l’interview; c’est toujours fascinant de voir comment on s’appréhende dans les premières minutes et la possibilité de mettre en valeur l’autre. J’amène mes invités à raconter des choses qui leur tiennent à coeur avec l’idée que l’on est toujours bon lorsque l’on parle de ce que l’on aime.

Quels sont vos goûts culturels?

J’ai de moins en moins de temps pour sortir mais je suis une grande passionnée de théâtre, je suis d’ailleurs à Avignon une semaine chaque année. On y prend de l’avance par rapport aux reprises à Paris; j’ai vu ainsi Le dernier testament mis en scène de Mélanie Laurent, 2666 de Julien Gosselin, Les damnés dans la Cour d’honneur et sa reprise à la Comédie Française ainsi qu’ Hamlet d’Ostermaïer dont je suis fan. De par l’émission avec Nagui, je vais voir beaucoup de film aussi en fonction des invités; j’ai ainsi beaucoup aimé Jackie et Patterson. Mais je manque de temps pour tout voir…

 

Revue de presse chaque matin pour sa quotidienne à la radio, enregistrement de l’émission pour Culture box avec sélection des reportages, écritures des lancement du 20 heures, nul doute que les journées de Leïla Kaddour sont bien remplies avec la confirmation que dans le monde des médias comme dans beaucoup d’autres, on ne prête qu’aux riches.

Par Laetitia Monsacré

 

 

 

 

 

Articles similaires