18 mars 2017
Le saut Hermès, en selle pour le sublime
 
 
Avec 2,6 milliards d’ euros sur un peu plus de 5 milliards, la sellerie-maroquinerie est le pilier de la marque Hermès. Pas étonnant dès lors que le jumping reste un de ses secteurs de prédilection pour la communication. Ainsi, après avoir abandonné au profit de Longines le monde de la course hippique comme le célèbre Prix de Diane, voilà les Champs Elysées aux couleurs d’Hermès pour la huitième édition du Saut Hermès qui se tient jusqu’à ce dimanche au Grand Palais. Et le moins que l’ on puisse dire, c’ est que le sellier a vu les choses en grand. Avec 16 000 visiteurs sur trois jours dont  les deux tiers payants, l’organisation avec une centaine de box, trois vétérinaires et même un ostéopathe pour chevaux est à la hauteur des verrières du lieu.
 
Le Songe de Don Quichotte, un régal de spectacle
 
Huit épreuves dont un Grand prix 5 étoiles de niveau international, passées les portes de l’ événement le visiteur est ici choyé comme rarement. Les amateurs ne s’ y sont d’ailleurs pas trompés- l’ événement affiche complet- avec, comme solution de repli, l’ écran géant place de l’Hôtel de Ville pour le Grand Prix diffusé en direct demain dimanche à 15h30.
Dommage donc pour le spectacle accessible uniquement indoor sur le thème de Don Quichotte, un petit miracle de poésie imaginé par le dramaturge Florient Azoulay avec Mario Luraschi et ses magnifiques  chevaux andaloux ; moulin à vent, vol de vautour, cascades comme ce cheval qui monte sur une table entre les cuisses de la belle Dulcinée ou qui se tient assis dans une remorque, rient n’est trop beau dans cette comédie musicale. 
 
La selle, l’identité d’Hermès
 
Avant cela les visiteurs auront pu, en ce vendredi, se lever pour la Marseillaise au Prix Hermès sellier (remporté au chrono par Patrice Delaveau devant “Bosty”- Roger-Yves Bost)et voir Athina Onassis, petite fille de qui vous savez, chuter sur un refus dans ce lieu à l’ amplitude égale à celle d’une carrière en extérieur, la pluie en moins. Et ripailler pour les invités, le personnel et les cavaliers avec un buffet gargantuesque-huitres, montagne de desserts…
Ils seront également repartis avec une photo ou, plus original et vraiment remarquable un croquis réalisé par l’illustratrice Marilou Laure, la main levée; ils auront pu également feuilleter un livre sur les amazones imaginé par trois jolies cavalières dont Adélaïde de Savray présentes pour les dédicaces; voler avec Pégase en 4D ou encore assister un cours de sellerie avec le maître sellier d’ Hermès, Laurent Goblet. A son actif, quarante ans de métier pour savoir réaliser une selle en une trentaine d’ heures avec point sellier et une assise digne d’ une Rolls.” Si la selle n’ est plus ce qui assure la rentabilité du groupe Hermès, elle reste notre identité, précise t-‘il. Elle est le rapport avec votre corps, c’est le charnel!  Mon travail, c’est réussir à ce que le cavalier l’ oublie, d’ autant que maintenant, ils veulent tout tout de suite. Fini le temps où l’on acceptait de “casser” sa selle!”
Au total, neuf modèles existent encore dont la célèbre Coriandus pour le dressage ou la Cavale avec son siège semi-creux pour l’ obstacle, utilisée par Simon Delestre, présent à ce jumping et sixième au classement FEI. 
Vous pourrez d’ ailleurs vous la procurer sur place dans un espace boutique à condition d’investir quelque 5000 euros- mais cela dure la vie… Sinon optez pour la brosse bouchon, seulement 60 euros !
 
Par Laetitia Monsacré

Marilou Laure, le talent au bout du crayon orange…

Les Andaloux de Mario Luraschi

L’espace VIP et ses agapes…

Le savoir faire sellier en démonstration

Le vo de Pegase en 4D

 

 

Articles similaires