17 janvier 2016
La Haute couture de Galliera aux podiums

 

greffulhe_galliera_0656_0

En janvier, la Haute Couture défile à Paris, unique capitale à organiser désormais des défilés autour de cet art bien peu rentable et réservé à une centaine de clientes à travers le monde. Sur les dizaines de maisons de couture historiques, il n’en reste en cette année 2016 plus que onze avec le statut de membres permanents, Dior, Chanel, Armani, Valentino, Franck Sorbier en tête. Jean Paul Gaultier a choisi pour sa part de s’y consacrer exclusivement depuis septembre 2014 , confirmant combien il demeure un artiste libre dans ce milieu de la mode aux prises d’un modèle économique imposé par les grands industriels du secteur du luxe comme François Pinault ou Bernard Arnault. A ces incontournables, s’ajoutent une nouvelle fois la maison Schiaparelli qui a fait un retour remarquable en 2013 à l’adresse originelle du 21 place Vendôme  avec pour cette prochaine collection le directeur de style Bertrand Guyon, lequel est sans doute allé faire un tour du côté du Musée Galliera, qui présente jusqu’en mars 2016, les Robes Trésors de la comtesse Greffulhe immortalisée dans la littérature par Marcel Proust, sous les traits de la duchesse de Guermantes. “Elle n’a pas suivie les modes, elle était faite pour les créer. ” 

D’une beauté remarquable, elle connut la fin du Second Empire, deux républiques, deux guerres mondiales et régna sur le gotha durant un demi-siècle comme la plus belle femme de Paris, n’ayant qu’un défaut, celui d’être amoureuse de son mari, le très fortuné Henri Greffulhe, un cavaleur auprès des femmes et du gibier. Le résultat est une très belle exposition regroupant une quinzaine de modèles de Worth, Lanvin, Babani- manteaux, tenues d’intérieur, robes du jour et du soir qui soulignent sa taille de rêve- sans doute un 34- choisies souvent dans des soies et velours vert afin de mettre en valeur l’auburn de ses cheveux. Nadar et Otto Weneger l’immortaliseront, fixant pour l’eternité cette femme qui soutint le capitaine Dreyfuss ainsi que les ballets russes de Diaguilev, c’est dire si elle avait bon goût et pas seulement pour ses robes…

LM

Défilés Haute Couture du dimanche 24 janvier au jeudi 28 janvier 2016, programme sur modeaparis

La Mode retrouvée, les robes trésors de la comtesse Greffulhe, palais Galliera jusqu’au 20 mars 2016

Articles similaires