27 janvier 2018
La Haute couture à Paris, semaine de tous les dangers

On a beau ne pas être grand reporter au Pariser-a fortiori en couvrant la Fashion week, on a pris tous les risques cette semaine de défilé Haute Couture couverte avec un maximum d’efficacité grâce à notre cher Vespa. Dernier grand défilé, celui de Valentino à l’Hôtel Salomon de Rothschild dans le 8 ème arrondissement de Paris. Après dix minutes de défilé avec des plumes aux chaussures et aux chapeaux signés Philip Treacy, des kilomètres de satin duchesse et taffetas aux couleurs explosives,  un peu de Prosecco au milieu des blouses blanches de l’atelier couture, on est remonté à cheval. Lequel a refusé de démarrer. Les photographes anonymes venus flasher les people comme cet adorable africain bien nommé Babacar nous ont alors appris ( notre destrier mécanique était mal garé sur le trottoir, à l’image des berlines avec chauffeurs parquées en double file qui bloquaient la circulation dans tout le quartier) que la célèbre it-girl Alexandra Palermo, chassée en sortant par les paparazzi, était tombée dessus! Et comme nous l’expliqua le dépanneur venu une heure plus tard pour embarquer notre scooter chez le réparateur, elle avait de ce fait poussé par mégarde le bouton coupe-circuit, bloquant ainsi le moteur. Et hop, nous voilà à 21 heures passées revenu at last en selle et en route pour l’after au Club Montana rue Saint Benoit du défilé du libanais Zuhair Murad, membre invité par la Fédération de Haute couture à présenter ses magnifiques modèles inspirés par les Amérindiens à l’Hôtel Potocki, avenue de Friedland, devant une clientèle de très riches orientales. Lesquelles avaient assisté quelques heures auparavant aux défilés de l’Oriental Fashion Week à l’Hôtel Crillon (ré-ouvert en juillet 2017) et avaient pu admirer les robes de mariées sorties des mille et unes nuit de la koweïtienne Adiba Almahboub ou les robes caftans de la marocaine Lamai Lakhsassi.

Dior en black & white, Chanel en pastel

La semaine avait commencé au Musée Rodin le lundi 22 janvier à 14 heures 30 avec le défilé Dior mis en scène par le célèbre Directeur artistique Alexandre de Betak, pour dix minutes de show présenté devant 950 invités dont 160 clientes capables de mettre plus de 10 000 euros dans une pièce, le tout dans un cube monté dans les jardins, tout de noir et blanc vêtu à l’image des modèles imaginés par  la créatrice italienne Maria Grazia Chiuri ( laquelle imagine pas moins de six collections par an pour la maison de l’avenue Montaigne). Au front row- premier rang- on pouvait voir Isabelle Huppert, Marion Cotillard, la crème des rédactrices de mode, Anna Wintour ou Suzy Menkès ainsi que Delphine Arnault, la fille de Bernard Arnaut, propriétaire de LVMH qui vient, en avril 2017, de passer sa participation dans le groupe Christian Dior de 74,1 % à 100 % . Le lendemain soir, mardi 23 janvier, elle était également là avec les comédiens Pierre Niney, Monica Bellucci ou Valérie Lemercier au traditionnel Bal Masqué Dior. Thème de cette année: le surréalisme, avec des contorsionnistes, des danseuses revêtues de cartes à jouer- autant d’êtres fantasmagoriques masqués tout comme certains invités portant des loups au milieu de mannequins ou autres top models comme Eva Herzigova sur fond d’un concert de Willow Smith (vidéo du Bal ci-jointe)

Le lendemain matin, direction le Grand Palais pour le traditionnel défilé Chanel avec un Karl Lagerfeld barbu- la grande tendance chez les hommes (François Busnel ou Frédéric Beidbeger n’y ont pas résisté) qui offrait cette fois une vingtaine de modèles dont l’incontournable robe de mariée à une assemblée toute de Chanel vêtue comme Cindy Crawford venue voir sa fille Kaïa Gerber défiler. Du pastel, des fleurs, des mitaines et bottines tweeds assorties aux tissus des modèles présentés dans un jardin à la française reconstitué, façon Petit Trianon devant Kylie Minogue, Ines de la Fressange, Ana Girardot, Sofia Coppola, Stella Tennant, Anna Mouglalis, Caroline de Maigret mais aussi Rita Ora, Marion Cotillard, Isabelle Huppert, ainsi que Luc Besson accompagné du mannequin Sasha Luss qu’il dirigera dans son prochain film. Bref, du beautiful people pour des beautiful dresses…

 Par Laetitia Monsacré

Kaia Gerber, la fille de Cindy Crawford, défilant devant les invités de Chanel au Grand Palais

Défilé de Zu

 

 

 

Panique backstage au défilé Adiba Almahboub au Crillon

Le calme après la tempête chez Valentino, on remballe les robes sous housses

 

 

 

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs