15 janvier 2019
la Grande librairie, loin du bruit et de la fureur

 

 

10 ans déjà que François Busnel pilote avec ses fidèles son émission littéraire sur France 5. Sans peur et sans reproches. Une bulle de culture sur cette chaîne qui reste la seule à la mettre en honneur en prime time- comme cet interview dans Entrée Libre par Claire Chazal de Corinne Masiero, actuellement à l’affiche du formidable film Les Invisibles (on fait notre Gildas), une lionne face à une gazelle, délectable…Mercredi soir, François Busnel recevait Michel Onfray, philosophe plus éclairé en ce moment que Luc Ferry, ce qui n’est pas difficile et on reste poli, pour son livre Sagesse publié chez Albin Michel, réflexion sur la fuite du temps, la douleur, la vieillesse, la mort, ainsi que l’amour, l’amitié, la politique, la morale ou l’honneur-bref un livre de circonstance en ces temps chahutés où le mot pouvoir d’achat résonne comme le tocsin. “ne vas pas souffler plus haut que ton esprit” résumerait son ami, le regretté Lucien Jerphagnon. Le jeune et talentueux auteur Alexis Michalik- lire notre critique de sa pièce de théâtre Edmond, un carton public, couronnée de cinq Molières- était, lui, invité pour la version cinéma de ce récit jubilatoire du succès incommensurable de Cyrano de Bergerac, qui à l’image de Carmen (qui fut en revanche un four à la première) sont devenu les trésors du patrimoine français. Politique-“Qui pilote”,  les anagrammes sont la poésie des lettres, avec cette petite musique décodée par Jacques Perret Salkof et Karol Beffa, publié chez Actes Sud tandis que Robert Combas peint en live, tellement concentré sur son oeuvre que François Busnel se prend joliment “un vent ” comme dirait ma fille, le peintre n’entendant même pas qu’on lui parle-les joies du faux direct. En fond sonore, on entend le piano; Gould est évoqué avec sa chaise, les variations de Goldberg résonnent sous les doigts Karol Beffa sur le plateau, on est au paradis. Puis c’est la Marseillaise, très à la mode en ce moment dans les rues de France, qu ‘il pianote doucement, en hommage à Gainsbourg, “grabuge ignorés”- une façon élégante de coller à l’actualité. “Saint Germain des Près, Destins en marge” à la rédaction de JimlePariser située dans ce quartier, on apprécie. Tout comme le livre de Salomé Berlioux, Les Invisibles de la République (Robert Laffont), à lire sans modération dès ce jeudi. Cette brillante jeune fille, qui n’avait pas les codes pour intégrer au premier essai SciencesPo- elle s’est par la suite bien rattrapée, devenue la plume de Jean Marc Ayrault, y revient après le géographe Christophe Guilly, qui avait publié dès 2013 Fractures françaises chez François Bourin, parlant de ces oubliés, condamnés à vivre en zone rurale, ne bénéficiant d’aucune aide sociale et dont le gilet jaune, signalant une personne en danger, est devenu l’expression de la colère, si ce n’est de leur désespoir. C’était sa première Tv- voir vidéo, mais son discours d’une limpidité rafraichissante sur la fracture sociale, son auto censure qui la marginalise de facto à moins de bénéficier de coup de pouce; ainsi a-t’elle crée Chemins d’avenir, une organisation visant à donner leur chance à ces jeunes comme La Chance, dans le monde des médias qui, malgré leur talent, n’ont pas accès aux bonnes écoles et accessoirement au pouvoir. Laissons la conclusion à Françoise Sagan: ” Face à une injustice, celui qui est de droite se dit c’est terrible, mais on ne peut rien y faire, celui qui est de gauche, c’est terrible mais on doit faire quelque chose”.

AW

A revoir en replay tous les mercredis soir sur France 5 à 20h50

 

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs