12 septembre 2013
La Biennale/ Eloge de la fenêtre

Les peintres ont été très souvent inspirés par les fenêtres, ouvertures vers l’extérieur d’où l’on peut voir la mer, la ville ou à Venise, le Grand Canal. La ville y compte ses plus beaux palais, datant la plupart de la Renaissance, transformés en hôtels de luxe comme le Palais Gritti ou en musée comme le Palais Grassi, acquis en 2006 par François Pinault après l’abandon de son projet de fondation dans l’ile Seguin. Les pièces y sont monumentales, offrant une vue magnifique sur l’artère principale de Venise, encombrée de gondoliers et de vaporettos dans une anarchie toute latine. En accueillant jusqu’au 31 décembre 2013, une exposition monographique de l’artiste italien Rudolf Stingel, se déployant sur les 5.000 mètres carrés du Palais, c’est un choc visuel inoui que de pénétrer dans cet immense espace tapissé du sol au plafond-murs compris- d’une moquette reproduisant les motifs d’un kilim afghan, sur laquelle se détachent des petits formats en noir et blanc que l’on imagine à première vue des photos. Puis, en s’approchant, tout le talent de cet artiste s’impose à l’oeil avec des peintures, jouissif trompe-l’oeil et merveilles de virtuosité. Voilà qui, avec l’autre très bel espace de la Fondation revisité par l’architecte japonais Tadao Ando à la pointe de la douane, flatte un oeil qui est ici on ne peut plus challengé. Et bien trop souvent malmené- comme par les centaines d’oeuvres exposées dans l’entrepôt sans fin de l’Arsenal-au moins un kilomètre de salles en enfilade-le bâtiment principal des Giardini ou les dizaines de palais dans toute la cité, ouverts gratuitement au public. Lequel découvre ainsi les riches demeures vénitiennes louées par leurs propriétaires à des fondations et autres organismes ultra sponsorisés pendant les Biennales afin de présenter des artistes aux idées et talent bien souvent discutables…On trouve ainsi du gros n’importe quoi dans beaucoup de salles avec cette idée que l’art contemporain paraît ici bien dégénératif avec de temps à autres des oeuvres à peine regardables.

Gare aux yeux…

De photos gore à des vidéos d’une vacuité abyssal, l’absence d’idée est souvent dans les oeuvres exposées le seul et triste dénominateur commun. Les visites se font ainsi au pas de course avec, pour seule pose enivrante, la vue à travers les fenêtres qui réservent toujours de purs bonheurs esthétiques. Et la possibilité pour quelques instant de se prendre pour un notable vénitien en son palais, suscitant l’envie de ses voisins. Chaque palais ayant son propre style, ses couleurs, la comparaisons est en effet ici de tous les moments à l’image des pavillons nationaux des Giardini, exposition universelle en miniature, allant du rococo pour le pavillon russe qui fête ses 100 ans à un design digne de Le Corbusier pour celui du Brésil ou mastoc comme celui de l’Allemagne qui accueille la sélection française…Eh oui, au nom des 50 ans de l’amitié franco-allemande, les pavillons allemand et français ont été pour cette Biennale tout simplement échangés! Les notes de Maurice Ravel dans une installation qui ne fera pas date résonnent ainsi dans un bâtiment à l’architecture toute teutonne tandis qu’un assemblage de tabouret signé Ai Wei Wei occupe la rotonde du très romantique pavillon français. La visite est en tous cas très ludique dans ce grand parc ombragé où chaque pays tente de faire la différence, allant du pire-le Canada au meilleur comme la Grèce qui propose une parabole de la société moderne avec la diffusion de trois films  particulièrement inspirés: le premier montre une vieille héritière, collectionneuse d’art, qui tue le temps en faisant des bouquets de fleurs en pliant des billets de 500 euros. Le bouquet “fané”, elle le jette…Un pauvre noir condamné à errer dans la ville  le trouvera à sa grande surprise en faisant les poubelles, abandonnant son caddy plein d’objets récupérés. Lequel fera le bonheur d’un jeune artiste adulé en panne d’inspiration pour créer ses oeuvres vendues ensuite hors de prix à de riches collectionneurs comme cette vielle dame. La boucle est bouclée…Autre pays particulièrement remarquable dans son installation, la Hongrie qui propose Fired but unexploded de Zsolt Asztalos, un parterre de postes de télévisions montrant chacun une image fixe d’une bombe avec des écouteurs dans lesquels sont diffusés les sons d’un stade, d’une salle de spectacle, d’une cour d’école ou d’un appartement. La vie quotidienne qui aurait dû être pulverisée et l’est dans la plupart des cas…

Jung, invité d’honneur

La Russie a,  quant à elle, choisi le mythe de Danae avec des pièces d’or qui tombent du ciel sur des parapluies tenues par le public exclusivement féminin-les hommes sont interdit dans la partie basse du pavillon. Enfin, la Belgique offre toute la longueur de son pavillon à cette artiste étonnante et remarquable que les visiteurs de l’exposition Les papesses à Avignon ont pu découvrir- Berlinde de Bruyckere. Son  arbre couché réalisé dans son matériel de prédilection-la cire- est absolument prodigieux et envoutant. De quoi confirmer son talent tout comme celui de l’artiste moravienne Anna Zermankova dont la galerie parisienne Christian Bert  avait montré toute la virtuosité à travers une exposition en juin dernier. Voilà pour elle une consécration même si, exposée dans le bâtiment principal, ses oeuvres sont noyées au milieu de tant d’autres-plus ou moins heureuses…Elle y est néanmoins en compagnie du Livre rouge de Jung dont les illustrations magnifiques sont pour la première fois montré au public. Côté Arsenal, le pavillon des Bahamas a choisi de créer une atmosphère polaire, le Liban de rendre hommage à ce pilote israélien d’avion de chasse qui refusa de lâcher sa bombe sur une école alors que dans la multitude des artistes, là encore aux oeuvres plus que discutables, les dessins du chinois Lin Xue offrent de bienvenues compositions vertigineuses de minutie parfaitement en accord avec la sculpture monumentale qui orne la seconde salle de cette visite qui parait sans fin…Le lieu est toutefois somptueux, offrant des bâtiments particulièrement bien réhabilités et de fréquents espaces de restaurations au design tout italien. Voilà de quoi donner envie de revenir l’an prochain, non pas pour l’art contemporain mais la Biennale d’architecture qui offre de l’avis général beaucoup moins de “déchets”…

LM

Petit catalogue des horreurs vues….

 

Et de nos coups de coeur

Rudolf Stingel au Palais Grassi

Anna Zermankova dans le bâtiment principal des Giradini

Le Chinois Lin Xu à l’Arsenal

La monumentale sculpture de Berlinde de Bruyckere pour le pavillon belge

 

Articles similaires