29 février 2012
Jonathan Machler

C’est à 20 ans que ce jeune passionné de photojournalisme a découvert l’Inde. Féru d’histoire et de politique, c’est un choc pour lui de constater la réalité de la population tibétaine en exil, réfugiée à Dharamsala, en Inde du Nord. Il poursuit ses études de droit à Toulouse, puis un master d’action internationale humanitaire à Paris. Deux ans après son premier voyage, un stage pour l’ONG Tibetan Women’s Association lui permet de repartir cinq mois à Dharamsala, vivre avec les tibétains en entretenant une relation privilégiée avec les femmes, couvrir les manifestations sur place et se perfectionner, adoptant ce qu’il appelle la « photographie sociale » notamment grâce à Carey Russel, assistant réalisateur sur les films de Terrence Malick.

Ses photographies sont à retrouver dans une  exposition à Paris samedi 3 mars à la Maison des associations du IVème arrondissement

Pour plus d’information, Cris du Tibet

 

Articles similaires



99,4 % des prévenus au Japon seraient condamnés selon Carlos Ghosn dont la conférence de presse a été diffusée en multivision. Voilà qui fait trembler.
oui