5 décembre 2017
Jean d’Ormesson, au plaisir des dieux

Il paraissait immortel-n’était-il pas académicien et si jeune d’esprit que l’on ne pouvait l’imaginer avoir 92 ans. Pourtant , la nuit dernière , le célèbre écrivain s’en est allé, voir ce qu’il y a de l’autre côté. Publié de son vivant dans la Pléiade, il avait écrit une soixantaine de livre dont l’un à paraitre. Sa conversation était ébouriffante ce qui n’est pas toujours le cas pour les hommes d’écriture et l’avait ainsi élevé au rang de personnage médiatique bien souvent convié sur les plateaux TV. Du Figaro qu’il avait dirigé en 1974, il lui restait le goût d’écrire toujours des articles; facétieux, il plaisait au grand public comme aux cultureux et avait à coeur de se prendre à la légère depuis ses débuts comme écrivain en 1956, ayant connu des fortunes diverses jusqu’à faire ses adieux à la littérature en publiant Au revoir et merci, en 1966. Un an plus tard,  il devait se résoudre à vendre le château maternel de Saint-Fargeau et publie au début des années 1970,  La Gloire de l’Empire, un pastiche de récits d’historiens. Pour ce livre, il reçoit le Grand Prix du roman de l’Académie française. Puis, c’est à 48 ans, l’entrée sous la Coupole, benjamin de l’Académie. Il tentera ensuite une explication du monde avec Histoire du Juif errant, en 1990, suivi de La Douane de mer en 1994 puis de Presque rien sur presque tout, en 1996, trois romans qui figureront parmi les meilleurs ventes. “Personne ne sait jamais ce qu’on gagne avec une naissance. On n’y gagne que des espérances, des illusions et des rêves. Il faut attendre la mort pour savoir enfin ce qu’on perd.” Lui qui rêvait de savoir ce qu’il y a après a désormais atteint son  objectif, nous laissant des livres et l’image d’un gentlemen à l’oeil bleu et malicieux.

LM

 

Articles similaires