29 mai 2016
Jazz à Saint-Germain, de la fac à l’église

IMG_5663

Un adolescent. Du haut de ces seize ans, le festival Jazz à Saint Germain des Près investit jusqu’au 31 mai des lieux divers dans ce quartier qui, s’il fut moins jazzy que Montparnasse, accueille toutefois la crème des interprètes dans des lieux divers et variés avec le même bonheur. Ainsi à l’ouverture le 19 mai a-t’on pu découvrir le Jacky Terasson Quintet reprenant des pièces de Ravel avec un plaisir partagé par le public assis dans le grand amphithéâtre de la faculté de droit d’Assas; une salle magnifique, récemment entièrement refaite comme l’ensemble de la fac, où piano, saxo, batterie et violons avaient remplacé pour l’occasion les cours magistraux de droit constitutionnel ou civil. Sous fond de lumières fidèles à la Blue Note, la pianiste franco-américain Jacky Terrasson s’est régalé devant un auditoire conquis et prêt à pardonner un problème de balance assez dérangeant entre les cordes et les cuivres, lesquels couvraient totalement les violons en première partie pour ce concert mélangeant musique classique et jazz des plus emballants. Autre temps fort, le Golden Gate Quartet dans l’église de Saint Sulpice avec Sister Grace, donnant à entendre une des formations les plus connues mondialement de gospel et negro spiritual tandis que, d’ici mardi, fin du festival, on pourra découvrir la nouvelle reine jazz and soul et fille de Dee Dee Bridgewater-avec l’idée que les chiens ne font pas des chats-China Moses à l’amphithéatre Richelieu de la Sorbonne puis, en clôture, le grand Michel Portal à la clarinette accompagné d’un accordéoniste et d’un saxophoniste à l’Eglise Saint Germain des Près pour finir en beauté ce festival réjouissant dans un des quartier les plus agréable de Paris.

AW

infos sur www.festivalsaintgermainparis.com

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs