30 septembre 2017
Irving Penn, portraits de mode


 
C’est une exposition rétrospective rare. Rare, car elle raconte l’œuvre d’Irving Penn d’une façon originale et intimiste. Elle célèbre le centenaire de cet immense photographe connu surtout pour la mode. Une rencontre inédite avec un grand artiste dont la finesse, la précision, le raffinement mais aussi la rigueur des compositions de ses portraits éblouissent.
  Des natures mortes aux portraits de célébrités, Irving Penn n’est pas qu’un photographe de mode pour Vogue. C’est un grand portraitiste qui parvient à amplifier les réactions de ses modèles, qui réalise au cours de ses déplacements pour Vogue des portraits sur les petits métiers. Il n’hésite pas à entreposer un studio même dans les pays les plus reculés, cherchant toujours au travers des portraits la psychologie de chacun : «  le studio est devenu, pour chacun d’entre nous, une sorte de zone neutre. Ce n’était pas chez eux, puisque j’avais introduit dans leur vie cette enclave étrangère. Ce n’était pas chez moi, puisque je venais évidemment d’ailleurs, de très loin. Mais, dans cet entre-deux, nous avions une possibilité de rencontre qui fut une révélation pour moi et souvent, je peux le lire, une expérience émouvante pour les modèles eux-mêmes, qui sans un mot, par leur seule attitude et leur application, arrivaient à en dire assez pour combler le gouffre entre nos deux univers ».
 
Derrière la mode, un homme profondément attaché aux visages et aux expressions, cherchant une vérité.

KB
 
 
Au Grand Palais jusqu’au 28 janvier 2018

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs