5 juin 2015
Gaultier versus Mac Queen

11

La mode s’impose cette année en force dans les musées; affluence assurée dans un esprit consumériste de la culture, coûts maîtrisés- une robe étant moins chère en assurance qu’un tableau de Velazquez, sponsors du luxe en nombre, de Paris à Londres, le Grand Palais ou le Victoria and Albert Museum ouvrent leurs galeries aux créations les plus déjantées des enfants terribles de la mode que sont Jean Paul Gaultier et Alexander Mac Queen.

Pour le premier, tout commence avec un nounours à 5 ans, Nana, auquel il affuble des seins en cônes de papier. Voix off de Catherine Deneuve pour commenter un défilé reconstitué,  mannequins avec des visages vivants qui vous parlent, les galeries sont originales et ludiques à l’image de ce créateur qui respire la joie de vivre, l’insolence et confirme à travers ses vêtements combien il a su trouver son style “reconnaissable sans avoir vu son nom”, le “signe” des plus grands selon Pierre Cardin qui lui mit le pied à l’étrier. Les stars comme Madonna, Mylène Farmer ont achevé de le rendre célèbre avec un style punk chic qui semble très loin, au vu des modèles choisis, du “casual wear” et mérite pleinement sa place au musée-sans doute plus que dans la rue…

Génie destructeur

Car, on est ici assurément dans une forme d’art, tantôt dérangeante, tantôt époustouflante comme chez Alexander Mac Queen, exposé de l’autre côté de la Manche. Savage beauty, exposition présentée au MET de New York en 2011,  est tout simplement éblouissante, avec des salles qui s’enchaînent entre reconstitution de catacombes, cathédrales de vidéos et de modèles nés de l’imagination torturée mais ô combien féconde de ce génie de la mode. Dante, le Christ, Jack l’éventreur, les primitifs, Bosch, son inspiration était sans limite, merveilleusement servie par une présentation à l’inventivité décapante.

La mort est partout présente, la sienne étant représentée sous la forme d’un hologramme de Kate Moss qui, tel un ange, semble s’envoler sur la musique de la Liste de Schindler, avant qu’une autre salle ne vous donne le tournis entre musique de Mozart ou de Malher pour redécouvrir accessoires nés de son imagination ou encore défilés avec des robots peignant les robes en direct et où les femmes sortent de cercles de feu.

L’exposition se clôt par sa dernière collection, Atlantis, hommage et vision d’ un autre monde, lui qui a choisit de quitter celui-ci il y a cinq ans; une ultime salle qui laisse le visiteur KO devant une telle débauche de talent et de créativité.

LM

Jean Paul Gaultier jusqu’au 3 août 2015 au Grand Palais

Savage Beauty, jusqu’au 2 août 2015, au V&A Museum, Londres- 18 £ l’entrée soit un peu plus de 20 euros…

52

Articles similaires