10 février 2016
Garnier, version concert pour danseurs

art_8860

“Remboursé”! Le spectateur de l’Opéra Garnier “ce décor de richesse fait pour faire croire que les gens sont riches” dixit Jérome Bel dont la création Tombe ouvrait cette soirée de ballets est bien trop policé pour avoir osé le crier. Il y eut des sifflets, un “Où est le spectacle?” lancé par un téméraire assis au parterre- plus de cent euros le fauteuil- mais surtout beaucoup de toux et l’impression d’être pris en otage pendant une demi heure de “rien”. Une ballerine en chaise roulante, la projection d’un film indigent, deux personnes qui discutent sur la scène, voilà qui avait de quoi faire passer la seconde partie,  La nuit s’achève de Benjamin Millepied pour un chef d’oeuvre, avec au moins le plaisir d’entendre l‘Appasionata de Beethoven.

Dernière création de l’éphémère Directeur de la danse de l’Opéra de Paris qui repart à Los Angeles, dégouté par la pesanteur hexagonale, cette série de tableaux confirmait pourtant que l’on se souviendra surtout de lui comme le mari de Nathalie Portman. Quant au dernier ballet- une entrée au répertoire-de Jerome Robbins sur les Variations Golbert, le grand gagnant était là encore Bach avec une chorégraphie des plus classiques et ennuyeuses datant de 1971, sauvée à de rares moments par les pas de deux de Laura Hecquet avec Mathieu Ganio et la gracile Léonore Baulac. Bref, une soirée à résolument manquer.

LM

Bel/ Millepied/Robbins au Palais Garnier, jusqu’au 20 février 2016

Articles similaires