17 septembre 2016
Frantz, l’amitié franco-allemande

frantz

Avec une esthétique parfaite, choisissant le noir et blanc, François Ozon livre un dernier film sur une histoire d’amour et de redemption qui séduira le plus grand nombre. Difficile en effet de ne pas succomber à la beauté de Paula Beer et le visage torturé de Pierre Niney dans cette Allemagne meurtrie d’après guerre. La grande guerre. Elle a frappé les deux pays et les parents pleurent, des deux côtés du Rhin, un fils. Antoine, un jeune français pleure aussi, sur la tombe d’un jeune Allemand avec lequel il aurait pu visiter le Louvre et tomber en admiration devant ce suicidé de Manet. D’un petit village allemand à un château près de Saulieu, en passant par Paris, la jeune fiancée de Frantz, ce jeune soldat allemand mort au front, fera le chemin du pardon, et devra affronter ses sentiments contradictoires; la petite histoire face à la grande pour au final, un très joli film qui donne envie de vivre…

AW

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs