4 juin 2013
Fidélité mise à l’épreuve !

Léontine Duchotel est une femme d’une fidélité exemplaire envers son époux. Moricet, le très cher ami de ce dernier tente de la séduire mais c’est chose vaine. Elle s’est juré qu’elle ne  trahirait jamais son mari sauf si elle apprenait un jour que celui-ci la trompait. Or, c’est un fait : lorsque « Monsieur » dit qu’il va à la chasse, c’est pour batifoler avec d’autres ! Moricet  dont le seul désir est d’avoir une aventure avec elle, cherchera alors à faire du tort à Monsieur Duchotel en la détournant de son époux.  S’enchaînera par la suite, nombre de  quiproquos qui compliqueront davantage la situation…
La femme, trompée au début, fait preuve par la suite, de lucidité tandis que les hommes, eux, semblant dominer la situation, se ridiculisent ensuite face à elle.

Le mari, la femme, l’amant

Trame classique du  mari, de la femme et de l’amant, portes qui claquent à toute volée, personnages qui entrent et sortent à tout moment : pas de doute, vous êtes bien dans un vaudeville de Feydeau !
Si la première partie de la pièce s’avère  assez enlevée par ses dialogues, en particulier entre l’épouse et l’amant : « Quand on se marie, on jure fidélité à son époux », « C’est parce que le maire vous le demande », ses phrases à double sens, notamment lorsqu’à un moment Léontine s’outre du comportement indécent de Moricet vis-à-vis de son mari : « N’en dites pas de mal, c’est votre ami ! » et que celui-ci lui répond que  « certes c’est son  ami mais qu’il vaut mieux qu’elle car, lui, au moins a confiance », la seconde partie, elle, a tendance à s’essouffler et s’étendre un peu. Le comique de mots laisse place au comique de situation, qui, lui, a un peu vieilli, il faut le reconnaître.
Toutefois même si la pièce est d’un genre plutôt convenu et sans surprises, vous passerez néanmoins un bon moment, distrayant. N’est-ce pas le plus important ?

Par Elise DAVID

Monsieur chasse ! jusqu’au 6 juillet 2013 au Théatre 14 à Paris

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs