30 janvier 2014
2014, les femmes à l’honneur
9304HenriCartierBresson

Alors ce cru 2014, comment s’annonce-t’il? Si vous avez encore quelques jours pour aller découvrir Serge Poliakoff au Musée d’Art moderne (jusqu’au 23 février 2014), Cartier ou Depardon au Grand Palais ou encore Brassaï ou l’Art Déco ( voir rubrique Cimaises), c’est la MEP ( Maison européenne de la photographie) qui débute le bal avec David Lynch et ses Small Stories, ainsi que les étonnants photomontages de Joan Fontcuberta. Photographie toujours à l’honneur, cet hiver, avec  à partir du 11 février,  Robert Adams au Musée du Jeu de Paume, témoignage émouvant sur la relation tragique entre l’homme et la nature dans l’Ouest américain, avec 250 images entre déploration et espoir. Mais c’est surtout Henri Cartier Bresson qui devrait mi février attirer les foules au Centre Pompidou dans la première rétrospective qui lui sera consacrée, 10 ans après sa mort : plus de 350 tirages, films et documents qui permettront une relecture de l’œuvre de celui qui témoigna du Surréalisme à la Guerre froide, en passant par la guerre d’Espagne, la Seconde Guerre mondiale et la décolonisation.

Joséphine, impératrice…

Côté peinture, Le musée Marmottan montrera quant à lui une centaine de tableaux impressionnistes exclusivement issus de collections privées -de quoi avoir une idée des goûts en matière de placement et de décoration des plus riches… Gustave Doré aura lui droit aux honneurs du musée d’Orsay avec son oeuvre ô combien imaginaire qui traduisit en images les récits des grands auteurs comme Dante, Shakespeare, Poe ou Perrault tandis que mi-mars, Orsay mettra en perspective Van Gogh avec l’oeuvre d’Antonin Artaud dans une exposition intitulée Le suicidé de la société, vaste programme. Après la volupté au musée du Luxembourg, voilà du 14 mars au 21 juillet, Les Fêtes galantes et Le temps de l’insouciance, au musée Jacquemart-André avec notamment Watteau et Fragonard tandis que Joséphine dont on fête le bicentenaire de sa mort, sera la grande star de 2014 avec deux expositions: au Grand Palais dès le 2 avril et au musée du Luxembourg à partir du 12 mars.

Auguste, empereur romain

Autres femmes qui se verront en haut des cimaises en 2014, Sonia Delaunay et Niki de Saint Phalle, qui en octobre seront exposées au musée d’Art Moderne et au Grand Palais. En attendant, c’est la photographe hongroise Kati Horna qui sera en juin au musée du Jeu de Paume, tandis que le musée Branly vous fera découvrir la belle Anglaise Nancy Cunard, modèle de Man Ray et muse d’Aragon ou à partir de juin, les courageuses femmes vietnamiennes qui firent la révolution dans Propaganda.

Les “Grands hommes” ne seront pas de reste avec l’empereur Auguste au Grand Palais dès mars et Clémenceau, “le Tigre” au musée Guimet, à travers ses documents personnels à découvrir dès le mois de février.

Les Arts décoratifs rendront hommage à la Chine à travers 200 pièces sélectionnées et à Dries Van Noten, le créateur belge chouchou des rédactrices de mode à partir du 1er mars. Le musée Galliera  reviendra pour sa part sur Les Années 50, avec la première collection Dior et Paris alors capitale sans rivale de la mode.

Des vidéos et des joyaux

Mais le choc attendu aura lieu le 5 mars au Grand Palais avec Bill Viola et ses tableaux vidéos ensorcelants, au total 20 œuvres magistrales, plus de 30 écrans et des heures d’images, que l’on pourra revoir aussi dès avril sur la scène de la Bastille dans la reprise du fascinant Tristan et Iseult. Autre temps fort dans l’art contemporain, la rétrospective du 25 avril au 24 août 2014  de l’oeuvre de Lucio Fontana, un des grands artistes visionnaires du XXe siècle qui inspira Yves Klein ou encore Richter, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris. Martial Raysse, dont les riches collectionneurs raffolent, aura lui les honneurs du Centre Pompidou dès le mois de mai avec 200 oeuvres.

Après Newton et Depardon, c’est Robert Mapplethorpe qui “entrera” au Grand Palais en mars avec près de 200 oeuvres tandis qu’en avril, le musée Rodin  fera dialoguer ses nus masculins avec les nus féminins de notre gloire nationale.
Le Trésor de Naples avec  Les Joyaux de San Gennaro, une des plus grandes collections de joaillerie du monde, ce sera pour la première fois en dehors d’Italie au  musée Maillol en mars tandis que l’Exposition Universelle de 1900 fera le printemps au Petit Palais en avril, pour retrouver cet âge d’or de la Belle Epoque tout comme le luxe de voyager avec l’Orient-Express qui sera à l’honneur de l’Institut du Monde Arabe. Ce même mois, le Zoo de Vincennes rouvrira, complètement transformé après 2 ans de chantier tout comme le musée Picasso, dont la réouverture est prévue en juin.
Passé l’été, C’est Marcel Duchamp qui fera la rentrée à Beaubourg ainsi que Jeff Koons et l’architecte américain Franck Ghery qui devrait livrer sa très attendue création pour la Fondation Bernard Arnault, ouverte aux Parisiens en septembre prochain. Le Grand Palais sera lui résolument japonais, avec les oeuvres du célèbre Hokusaï à découvrir en deux parties ce qui nous conduira en… 2015.

AW

Articles similaires