1 mai 2015

el-caserio-zarzuela
C’est l’heure des vacances, et rien ne vaut une visite chez nos voisins européens, surtout quand elle se fait en musique. Le Melomaner, en cette fin avril, vous invite ainsi à découvrir La Juive à Gand et Anvers, chef-d’œuvre du grand opéra romantique, entendu à la Bastille en 2007, et dont Peter Kontwitschny livre une lecture sans concession.
Rendez-vous ensuite en Espagne, à Madrid, où pendant que le Teatro Real reprend La Traviata de David McVicar où brillent la Violetta de Venera Gimadieva et le Germont de Leo Nucci, le Teatro del Canal rend justice à un genre typiquement espagnol, la zarzuela, avec El Caserio de Guridi, créé il y a tout juste 85 ans. Baignant dans un pittoresque sympathique et que la mise en scène de Pablo Viar n’élude pas, l’ouvrage réserve des pages d’une belle intensité. Et il y reste bien évidemment le Teatro de la zarzuela, qui met régulièrement à l’honneur une musique où art et populaire ne sont pas contradictoires.
Notre voyage s’achève ensuite en Italie, à Bologne, avec une Jenufa qui révèle un nouveau grand nom de la mise en scène d’opéra, Alvis Hermanis, que Bastille découvrira dans La Damnation de Faust en décembre prochain, et un chef d’orchestre à suivre, Juraj Valcuha. Et pour finir, nous vous emmenons à la soirée d’ouverture du Mai musical de Florence, l’un des plus grands rendez-vous musical de la péninsule.

Par Gilles Charlassier

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs