17 novembre 2012
Emmaeus/ Le bric à Brac prend de l’altitude

Emmaüs, un nouvel endroit pour faire les boutiques avec les copines ? Le bric-à-brac Emmaüs assez repoussant de la Porte d’Orléans a traversé Paris en septembre dernier pour s’installer dans le XIXème à la place de l’ancien marché de Riquet, depuis deux ans laissé à l’abandon. A l’arrivée, un lieu repensé avec cependant toujours l’image de  l’Abbé Pierre où surplombe une structure en bois indiquant les différents emplacements : livres, meubles, électroménager, vêtements, babioles …Car contrairement aux traditionnels hangars dans lesquels sont exposés les objets, le bric-à-brac Riquet a été repensé comme une boutique par une décoratrice, Eve Gasparin et un scénographe, Franck Breuil. En semaine, il accueille désormais des performances d’artistes, tout comme son formidable voisin d’en face, le 104. Le samedi, le lieu devient dans un monde fait d’objets insolites, de vieilleries décoratives, de matériels de la vie courante plus ou moins coûteux mais que l’on retrouve ici à prix très réduits (une machine à laver à 50€, des livres à 1€ ou 2€, un beau manteau d’hiver à 30€, des bijoux à 2€, … ).

Un espace de création

Le projet, à l’initiative d’Emmaüs défi, a été monté dans le but de créer de l’emploi pour des personnes en réinsertion professionnelle. Ceux que l’on voit tenir les caisses ou les stands tous les samedis sont à 90% salariés et s’occupent pendant la semaine du dépôt, des réparations, de la logistique, ou des transports. Avec l’ouverture de cette structure bien plus grande que celle de Porte d’Orléans, Emmaüs a pu augmenter le nombre de ses employés et gagner en espace, que ce soit pour gérer l’affluence ou pour pouvoir stocker davantage et dynamiser les ventes, gagner en nouveautés. De quoi en tous cas faire des affaires, avec une idée de « fair exhange », recycler pour la planète et ne plus se faire violence pour y aller…

 

Par Marie Fouquet.

Emmaüs Défi, 42 Rue de Riquet, m°Riquet, ouvert tous les samedis de 10h à 18h

Articles similaires



99,4 % des prévenus au Japon seraient condamnés selon Carlos Ghosn dont la conférence de presse a été diffusée en multivision. Voilà qui fait trembler.
oui