3 octobre 2015
Elle, 70 ans et plus aucune dent…

Emmanuelle-Tremolet-2a-25-11-1

“La presse féminine n’a absolument pas su accompagner le mouvement féministe”. Nul doute que Françoise Giroud ne lisait plus dans ses dernières années le magazine Elle dont elle a été la rédactrice en chef à la création.  Un simple bandeau en couverture sur les réfugiés du numéro spécial Accessoire-sic, une femme afghane qui se ballade entre des it girls shopping addicts, c’est désormais la régie publicité avec l’Oréal et LVMH en grands manitous qui nomment dans des magazines interchangeables la rédactrice en chef mode-beauté-people, triptyque incontournable et diabolique.

Ainsi, petit exercice de lecture dirigée de ce féminin qui est diffusé dans quarante-six pays-depuis septembre, on le reçoit gratuitement à la rédaction pour nous inciter à nous abonner… Alicia Vikanker, nouvelle égérie de Vuitton, est cette semaine-là en couverture et en quatrième de couv avec une pub Vuitton; elle a aussi droit à du rédactionnel plus une série de photos mode-exclusivement habillée en Vuitton. Magazine, Magasin?

En édito, Alix Girod de l’Ain traite la reine Elizabeth II d’Angleterre, 89 ans, de “girl power”! On passe ensuite aux 10 buzz de la rentrée-là c’est indicible- et l’ interview de la fille de Mick Jaeger qui se résume à  un publireportage pour la ligne de chaussures qu’elle lance avec Minelli- lequel ne manquera pas de prendre une page de pub dans les prochains numéros, sans doute objet de l’échange rédactionnel… Du lourd quand même sur deux colonnes avec le livre de Jinan, esclave de Daech tandis que Kim Kardashian a droit à une page entière, maquettée comme pour Vanity Fair, avec des petites flèches partout, et un rendu très girly adopté par tous les magazines féminins…

“D’un numéro consacré à la contraception en 1968 à une grande enquête sur le sida et les femmes en 1983, d’un numéro spécial 11-Septembre en 2001 à une couverture avec Christiane Taubira, femme de l’année 2013, le magazine est plus que jamais au cœur de l’actualité. “ Voilà ce que dit le dossier de presse que nous traduirons donc qu’à part quatre fois dans son histoire, les couvertures de Elle continuent à nous montrer ce qui existe et ce qu’on n’est pas comme Cindy Crawford, 49 ans, sans ride, redessinée par un ordinateur quand ce n’est pas des bébés fille de 17 ans, porte-manteau anorexiques. Bref, on s’abonnera pas.

AW

Articles similaires