13 mars 2017
Du zinc à l’encre avec Isabelle Taourel

Lorsqu’une artiste démonte sa toiture, il arrive de belles surprises. Entassés pendant trois ans dans son atelier, les bandes de zinc lui donnèrent l’idée d’y mettre de la peinture à l’huile dessus pour devenir des toiles emplies de matière faisant songer à des aquarelles, la profondeur en plus. Des ciels, des mers à la limite de l’abstraction peints sur des bandes de 12 cm de haut que présentent l’Atelier Visconti et sélectionnées par Tina Dassault qui a assuré les très beaux textes des livrets; “c’est la voracité joyeuse, le péché de gourmandise, la régalade” qui ont guidé ses pinceaux pour le travail à l’encre tout en mouvement inspiré par les maitres chinois qui est exposé. On pense aux encres de Henri Michaux, traitées ici avec une douceur féminine sur des papiers réservant chacun leurs surprises. “Avec l’huile tu as le temps, tu peux effacer, recommencer, tu peux laisser les choses venir à toi, il y a une lenteur, une douceur. Avec l’encre, c’est un moment, une concentration, une respiration, une mise en danger” commente ainsi Isabelle Taourel, dont le travail est à découvrir- et ne pas manquer-sur les deux niveaux dont une belle cave voûtée de la galerie jusqu’au 25 mars 2017.

LM

Isabelle Taourel, encres et huiles, 4 rue Visconti, Paris 6e, du mardi au samedi de 14h à 19h.

Une galerie qui a du chien…

Articles similaires