28 avril 2014
De l’indifférence

enfant-perdue-centre-commercial-londres-lors-experience-1539546-616x380

Le bruit était effrayant. Une cinquantaine de mouettes tournoyaient au dessus de la villa voisine. Nul sac poubelle, dont les goelands sont ici friands, ne pouvait expliquer cette agitation; nos yeux scrutaient un ciel digne de Hitchcock, l’angoisse montait de ne pas comprendre d’où venait cette agitation soudaine. Et puis d’un seul coup, on a compris: une mouette s’était coincée la patte entre deux tuiles, prisonnière d’un pan de toit. Dans leur petit cerveau grand comme une noix, les mouettes donnaient à voir à mes enfants ce que l’on appelle l’empathie. Ce sentiment totalement gratuit qui permet de se mettre à la place de l’autre et d’agir en conséquence, avec sollicitude, sans aucune garantie de résultat. Pour les mouettes, cela s’imposait juste à elles, une évidence essentielle.
A des centaines de kilomètres de là, à Lille, pas un des passagers d’un TER n’a trouvé en lui, dans leur cerveau censé être prétendument la panacée en matière d’émotions, l’ébauche de ce sentiment que ces mouettes avaient eu à l’égard de leur congénère.

Circulez, il n’y a rien à voir

Une demi heure durant, une femme a été agressée verbalement, attouchée sans qu’aucun ne dise un mot, n’intervienne face à un homme seul, même pas armé. On les imagine tournant la tête vers le paysage ou plongés dans leur smartphone, peut être certains même prêts à filmer pour poster ensuite le film sur Facebook-un concentré de  lâcheté et de bêtise humaine qui se seraient données rendez-vous dans le même espace anodin, aussi étriqué et médiocre que la conscience des voyageurs.

A Londres, une étude le mois dernier avait pour sa part montré comment, en laissant deux enfants de 6 et 7 ans perdus dans un centre commercial, il n’y avait eu qu’une personne sur plus de 600-une vieille dame- qui était venue vers elles pour les aider. Passants impassibles, les bras chargés de sacs, rien ne les avaient dérangé dans le cours de leur courses, consommateurs pathétiques d’un samedi ordinaire que ces deux visages qui cherchaient à attirer leur attention n’avaient même pas arrêté quelques instants. La loi prévoit la “non assistance à personne en danger”- bien loin d’un quelconque acte d’héroïsme en la matière- pour tenter de punir cette indifférence qui ronge nos sociétés devenues si riches qu’elles sont terrorisées à l’idée de risquer quoi que soit pour un inconnu, voire même par l’idée de don. Ainsi, vous avez été nombreux à être touchés par notre Une “Rue des Quatre vents, on évince”,   y compris une lectrice qui m’a plainte d’être tombée dans “le panneau de cette mafia”. De quoi lui préférer de loin,  la compagnie des mouettes…

Par Laetitia Monsacré

Articles similaires