23 décembre 2017
Des fêtes en musique

Lassés par les néons et les décorations des boutiques, avides de chiffre d’affaire? S’il faut aussi bourse délier, pourquoi ne pas prendre le chemin des salles de concert et d’opéra, avec une programmation pléthorique en cette période de fêtes? A Paris, il n’y a pas que Bastille et Garnier, l’Opéra Comique invite Rossini et son impayable Comte Ory, mis en scène par Denis Polydalydès, juste après le Barbier de Séville, revu par Laurent Pelly au Théâtre des Champs Élysées. Rossini est d’ailleurs la star de cette fin d’année avec également une nouvelle production de la Cerenentola à Lyon confiée à Stefan Herheim. Pourquoi d’ailleurs skier idiot quand Genève met à l’affiche le rare, en terres francophones, Baron tsigane de Strauss ? Et pour fuir la foule des pistes, direction Liège et une reprise très classique de Rigoletto…

 
GL

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs