15 mai 2014
Daphnis et Chloé, Bastille en couleurs

Daphnis et Chloé  / Benjamin Millepied

Si vous tapez Daphnis et Chloé à la Bastille sur Google, vous apprendrez, grâce à un papier AFP repris par les rédactions de Libération ou La Croix que ce cher Benjamin Millepied, nouveau directeur ô combien people de la danse de l’Opéra de Paris cherche avec son épouse Nathalie Portman, une maison à Paris; et qu’ils l’ont presque trouvé…On a les infos que l’on mérite parait-il…Le vrai sujet, sa chorégraphie sur la scène du vaisseau Bastille de cette œuvre de Ravel rarement donnée en version intégrale, est pourtant un événement en soi. Jugez plutôt : des décors de Buren et à la baguette, Philippe Jordan, le directeur artistique de l’Opéra de Paris, plus habitué aux tetralogies wagnérienne que l’accompagnement de ballets, pour lesquels on a une bonne fois pour toutes choisi de se limiter à de l’illustration musicale.
Alors, sur scène, ça donne quoi? On retrouve bien sûr les fameuses rayures de l’architecte, célébrissime depuis ses colonnes du Palais Royal, et ce dès le rideau qui joue des effets de mystère. Plateau sobre et minimaliste, solistes en blanc, pour les amis de Daphnis – Mathieu Ganio irrésistible d’innocence – et Chloé, remarquable Laetitia Pujol , face à de “méchants pirates” en noir, emmenés par Bryaxis – excellent Pierre-Arthur Raveau qui a gagné en maturité; l’ensemble dégage une impression de lumière ponctuée de formes géométriques bleus, jaunes, vertes et rouges dans un alignement conçu essentiellement pour les spectateurs du centre de la salle. Beauté formelle du geste et de la narration se succèdent de manière équilibrée jusqu’à l’explosion de joie finale où les interprètes troquent le noir et blanc de leurs maillots pour la couleur. Voilà qui est très agréable à suivre, jamais excessivement dramatique, et parfois berce à la façon de la douce et nonchalante torpeur de l’été. Philippe Jordan déploie un Ravel élégant et raffiné, à l’inverse du Bizet un peu brutal dans le Palais de cristal de Balanchine, donné en première partie, où le Ballet de l’Opéra convainc peu ce soir là, malgré les costumes magnifiques de Christian Lacroix. Bref, dans cette soirée, Millepied confisque les lauriers…
GL
Daphnis et Chloé, Opéra Bastille, jusqu’au 8 juin 2014

Articles similaires