23 juillet 2014

Constellations

La rencontre de Mary, chercheuse en physique quantique, et de Roland, apiculteur, pourrait être tout ce qu’il y a de plus banal si le jeune auteur anglais Nick Payne ne déployait pas à chaque étape de leur rencontre l’éventail de situations que pourrait traverser le couple. Lauréat de prix Harold Pinter en 2012, le jeune auteur anglais s’inscrit dans les pas de l’auteur de l’Anniversaire. Car Constellations est d’abord un texte, dont la structure participe à l’histoire. A l’image de la physique quantique, nous connaissons assez tôt l’issue de la relation du couple, mais la façon dont Mary et Roland y arrive reste incompréhensible au vu de la diversité des situations qu’ils auraient pu affronter. Cette incertitude est d’ailleurs soulignée par le discours de Roland, qui lui rêve d’un monde où il connaitrait dès sa naissance son rôle sur terre, à l’image des abeilles à miel. Ce déploiement des possibles renvoie l’individu à sa propre contingence, à imaginer sa vie davantage comme une suite de hasards que comme le fruit de ses choix rationnels.

Ce travail d’écriture, loin de se résumer à un exercice de style intéressant mais répétitif, réussit grâce aux deux acteurs à avancer avec justesse et légèreté sur le fil du récit, sans jamais succomber à la tentation de tomber dans l’excès d’une scène à l’autre. On est ainsi tour à tour touché par la gaucherie des deux personnages, leurs peurs ou encore leur lâcheté. Emouvante et drôle, Constellations est à raison une des pièces les plus remarquée du festival off.

FD

Constellations, de Nick Payne à la manufacture/Patinoire, 2 rue des Ecoles, Avignon, Du 7 au 26 juillet, à 16h45
La Compagnies du Prisme
Réservation : 04 90 85 12 71, En tournée : Le 19 février 2015 au Manège, scène nationale de Mons/Maubeuge et les 23 et 24 février à la maison de la culture de Tournai

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs