11 février 2014
Comment planter une bonne idée…

Intime conviction

Comme les faits divers ont toujours fasciné le monde depuis qu’il est monde, la télévision s’est depuis longtemps emparé du filon en nous abreuvant de tueurs en série et autres meurtres plus ou moins réjouissants. Voilà donc le tour d’Arte qui, avec Intime Conviction a intelligemment choisi de renouveler le genre. Avec la vogue des deuxièmes écrans, le téléspectateur va ainsi pouvoir devenir juré après avoir vu ce 90 minutes où l’on découvre Philippe Torreton en médecin légiste, un peu rustre, qui se retrouve accusé après que l’on a retrouvé sa femme suicidée. Les parents de la jeune mère, ayant porté plainte, une jeune inspectrice commence à rassembler les pièces d’une enquête bâclée où il n’y a pas eu d’autopsie, ni d’empreintes retrouvées sur le pistolet qui lui a servi à se faire sauter la cervelle. L’intrigue est bonne, alors pourquoi avoir ajouté ce transfert entre le présumé coupable et celle chargée de l’enquête? Rajoutez les invraisemblances, les scènes à la limite du ridicule, le scénario devient boursouflé et même avec la meilleure volonté, on lâche cette histoire avec aucun envie d’en savoir plus… Dommage pour le procès et la suite.

AW

Intime Conviction, diffusé sur Arte le vendredi à 20 heures 50

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs