7 juin 2012
Coline et son barbier

Si sa Manon donnée l’hiver dernier dans cette même salle de Bastille, avec Natalie Dessay était totalement ratée (voir article), n’hésitez pas une seconde pour aller voir cet opéra bouffe inspiré de Beaumarchais qu’est le Barbier de Seville de Rossini, mis en scène par Coline Serreau. Celle qui fut la géniale réalisatrice de Trois hommes et un couffin, mêlant sensibilité et humour a trouvé avec cet opéra de quoi régaler le public de Bastille. De la boutique portative de Figaro et ses ampoules clignotantes ou encore lorsque le clavecin parodie les premières notes de la Panthère rose à l’entrée d’un Basilio soupçonneux, rarement l’Opéra se fait aussi finement drôle.  Le clou étant sans doute l’air final du comte éxecuté  en tee-shirt bleu de foot, numéro 10, et ballon au pied. Les décors de Jean-Marc Stehlé et  Antoine Fontaine-sont par ailleurs de pures merveilles, Rosina interpretée par Karine Deshaye qui avait déjà tenu le rôle en 2010, est tout simplement irresistible, vous l’aurez compris,  votre soirée sera jubilatoire si vous n’avez déjà vu ( on en est à la cinquième reprise)  cette histoire de pupille, de dot et d’amoureux qui se fait passer pour un autre. Bref du grand classique mais avec une créativité sans faute, confirmant que l’opéra peut être aussi ludique que n’importe quel autre spectacle vivant-à condition d’en payer le prix, mais avec ce Barbier là, l’investissement est garanti.

LM

Le Barbier de Séville jusqu’au 2 juillet 2012-Opéra de paris

Articles similaires



99,4 % des prévenus au Japon seraient condamnés selon Carlos Ghosn dont la conférence de presse a été diffusée en multivision. Voilà qui fait trembler.
oui