23 mai 2015

000_DV2044759 copie-article

Le tapis rouge sur les marches du Palais des festivals démonté, la ville de Cannes retrouve son calme, vidée du gros des festivaliers avec la fin du marché du film avant ce dernier week-end. Les affaires finies, un rythme de croisière un peu las s’est installé avec l’attente du palmarès et les pronostics à tout va. Grand gagnant de cette quinzaine en décrochant ce dimanche la Palme d’or, Deephan, le beau film âpre de Jacques Audiard -Cocorico, même si l’image  de la France y est quelque peu écornée – tandis que le prix d’interprétation masculine revient à Vincent Lindon, impérial en chômeur devenu vigile dans un supermarché dans La loi du marché de Stéphane Brizé, -d’ores et déjà en passe d’être un succès dans les salles. Carol, la Grande Belleza ainsi que Youth donnés dans les favoris repartent, pour le premier, avec un prix de consolation, celui d’ interprète féminine pour Rooney Mara tandis que les deux autres n’ont rien obtenu, à la différence du très réussi The Lobster, lequel s’est vu décerné le Prix du jury, (lire critique), le Grand prix revenant au Fils de Saul, une chronique de la vie dans les camps de concentration à la limite du soutenable.

La sélection de la Quinzaine des réalisateurs a pour sa part été marquée par le film de Nabil Ayouche, Much Loved, un saisissant et glaçant portrait de la condition des prostituées au Maroc (lire critique). Un film étourdissant qui ne sortira en Franec qu’en septembre, alors patience…

LM

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs