11 mars 2016
Chaillot met Bach en fugue

beatrice massin_4

Cela fait déjà bien longtemps que la danse baroque est sortie des bibliothèques et de la reconstitution. Assistante de Francine Lancelot, entre autres pour la mythique résurrection d’Atys en 1987, Béatrice Massin, qui a collaboré avec Gérard Corbiau pour le film Le Roi danse, réutilise le vocabulaire chorégraphique du Grand Siècle dans des spectacles à la sensibilité résolument contemporaine. Mass b, sur des extraits de la Messe en si mineur de Bach, en témoigne au Théâtre de Chaillot. Ecrite pour dix jeunes danseurs, la pièce, d’une heure sans entracte, fait émerger les poses baroques d’un mouvement rotatif des solistes, traversant parfois au pas de course le plateau, comme en fuite. Dans une scénographie dépouillée, habillée par les lumières pâles de Caty Olive, quelques poutres sur lesquelles se forment les grappes humaines prennent des allures de radeau – fugue narrative au diapason du contrepoint musical. Cette évidente énergie un rien répétitive réserve de beaux tableaux qui gagnent en intensité, jusqu’au finale enchaînant le Cum Sancto spiritu du Gloria et le Sanctus, avec une ronde habitée d’une certaine ferveur. C’est sans doute ce qu’aura retenu le public de la Salle Jean Vilar, qui aura réservé un accueil favorable à cette création, même si certains ont pu parfois consulter leur montre.

GC

Mass b, Théâtre de Chaillot, jusqu’au 18 mars 2016

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs