4 septembre 2014
C’est parti!

ACFDjVLLq

Rentrée littéraire, nouvelle saison, nouvelles émissions, nouvelles pièces, nouvelles expos, nouvelle maîtresse (pour les enfants ou les plus grands…), en septembre, c’est le déferlement. Les libraires atteignent la tonne à mettre en place dans leurs rayons où les bandeaux, affiches et dédicaces vous guident afin de ne pas passer à côté de cette cuvée 2014 qui compte une fois encore plus de 600 nouveaux romans français et étrangers confondus. Poussés par les maisons d’édition auprès des lieux de vente ou des journalistes, seuls une dizaine sortiront du lot, promis à une carrière de best sellers que les prix littéraires sont désormais tenus de conforter. Grand gagnant à ce jour, Emmanuel Carrère dont Le Royaume aux éditions POL a même été sorti en avance sur la date initialement prévue au vu des couvertures, interviews et autres articles qui lui ont été consacrés, confirmant que là encore, on ne prête qu’aux riches. Frédéric Beigbeder et son Oona et Salinger , Eric Reinhardt avec L’amour et les forêts  complètent ce trio médiatique limite écoeurant, a fortiori pour les auteurs lancés en cette même période qui ressemble fort à la traversée des gnous du fleuve Mara en Afrique à la saison des pluies: un saut dans le vide où l’on risque ou l’étouffement, ou de finir sous les dents d’un crocodile-ici le pilon dans les trois mois qui suivent.

Femmes en scène, hommes aux manettes

Côté cinéma, de nombreux films français projetés à Cannes jouent désormais la carte de la rentrée- Sils Maria, Les Combattants, Hippocrate– avec cette année un concurrent de poids-Lucy qui cartonne à 4 millions d’entrées en offrant, depuis la mi-août, l’occasion d’utiliser largement moins de 10 % de leur cerveau aux spectateurs-CQFD. La culture pour se divertir, voilà bien ce que propose Un dîner d’adieu, la nouvelle pièce du tandem du Prénom, parmi les 150 nouvelles pièces données dans les théâtres privés avec encore un maximum de “têtes de gondoles”comme Carole Bouquet, Isabelle Adjani, François Berléand, Francis Huster, Michel Sardou ou Claude Brasseur.

Entre le Ministère de la Culture et les cimaises parisiennes, la rentrée est des plus féminines avec Sonia Delaunay au Musée d’art moderne de Paris en octobre et Niki de Saint Phalle au Grand Palais à partir du 17 septembre. On y retrouvera bien sûr ses “nanas” exubérantes, catharsis édifiante chez cette artiste qui confirma le lot plus ou moins difficile fait aux femmes avec, de Valérie Trierveiler et son “moment” passé avec François Hollande publié à 200 000 exemplaires ce jeudi ou la Traviata, courtisane sacrificielle qui se consumera sur la scène de la Bastille à partir du 8 septembre, une façon d’ouvrir cette saison avec plus ou moins de superbe…Réouverture du Musée Picasso, inaugurations des fondations de Jérôme Seydoux ou de Bernard Arnaud, là, ce sont bien les hommes qui mènent le bal et s’imposent dans le paysage-marché- culturel que Fleur Pellerin pourra inaugurer, contrairement à Cannes en mai dernier, par la grande porte! Mais, on vous en reparlera de tout cela, toujours sans laisse et sans maître!

 

 

Articles similaires