15 mars 2016
Budapest rayonne pâle à Paris

photo 1-14

Les travaux d’un musée étant coûteux et le stockage aussi, voilà au Musée du Luxembourg l’occasion jusqu’au 10 juillet 2016 de découvrir une petite partie de la collection du Musée des Beaux Arts de Budapest, actuellement en rénovation. Le public parisien est donc invité à se presser dans les petites salles du Luxembourg pour tenter d’apercevoir des toiles autour de thématiques plus ou moins heureuses- une sorte de pot-pourri associant Monet au Gréco, Manet à Dürer et Tiepolo, autant de têtes de gondole pour découvrir d’autres artistes pas forcement des plus remarquables. L’accrochage se veut tout d’abord historique du Moyen Age au XVI ème siècle, revient sur l’âge d’or Hollandais, servis par des textes de présentation assez peu inspirés et des toiles pas vraiment inoubliables ce qui tombe plutôt bien vu le public massé devant chacune d’elles. L’exposition a ainsi peu de chances de rester dans les annales contrairement au dernières consacrées à Fragonard ou aux Tudors avec cette idée qu’un musée est un tout à découvrir en ses murs et pas seulement une collection itinérante destinée à répondre au pragmatisme économique des conservateurs.

LM

Musée du Luxembourg, Chefs-d’oeuvre de Budapest jusqu’au 10 juillet 2016

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs