10 juin 2014
Bocoyttons!

jeromekerviel

Le boycott, arme absolue du consommateur? Pas n’importe lequel en tous les cas, avec cette initiative de plusieurs people comme Anna Wintour ou l’acteur anglais Stephen Fry qui ont décidé de ne plus descendre dans les palaces comme Le Meurice ou le Plaza Athénée appartenant au groupe de luxe Dorchester dont le propriétaire n’est autre que le sultan du Brunei, micro état richissime ayant choisi d’appliquer la charia depuis début mai. «Si on devait sanctionner tous les hôtels de prestige qui ont des capitaux là où sévit la charia, il n’y aurait plus beaucoup d’hôtels de prestige où descendre», la réponse du directeur du groupe François Delahaye n’a pas tardé, s’offusquant par ailleurs que François-Henri Pinault s’y joigne alors que son groupe de luxe Kering- Gucci, Saint Laurent- ne se gêne pas de vendre ses marques dans des pays aux moeurs tout autant discutables…Cela d’autant qu’on imagine peu le pays faire volte face pour quelques riches clients occidentaux.

Voilà qui devrait pourtant faire école avec cette idée que le consommateur devienne éthiquement responsable autrement qu’en achetant des oeufs pondus par des poules en plein air. Un exemple? Les banques. Entre la Société Générale qui a oeuvré de façon effrayante pour faire retourner en prison un simple fusible en la personne de Jérôme Kerviel ( lisez les commentaires des traders sur ce lien, c’est très instructif! )ou HSBC dont il est prouvé qu’elle a sciemment facilité l’évasion fiscale de milliers de contribuables français- au total plus de 4 milliards d’euros en 2013, toutes deux mériteraient largement d’être boycottées par leurs clients ou par le quidam, en évitant par exemple soigneusement leurs distributeurs. Une forme de résistance comme une autre afin de mettre face à leurs responsabilités ces entreprises qui se comportent trop souvent sans foi ni loi-Auchan a ainsi refusé contrairement à d’autres grands groupes étrangers à indemniser les victimes de l’effondrement de l’immeuble au Bangladesh où étaient fabriqués des vêtements de sa marque Tex- avec cette idée que les sanctions n’existent, pour les plus forts, jamais. Imaginez ainsi le plaisir de redécouvrir la force de la démocratie-la raison du plus grand nombre- autrement que dans les bureaux de vote où nous sommes de moins en moins à nous rendre. Cela mérite d’y songer, non?

LM

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs