18 septembre 2013
Bistouri et ennui

Aux Etats-Unis, Ma vie avec Liberace est sorti…à la télévision! Un gros succès pour HBO mais la preuve que le dernier  film de Steven Soderbergh, qui dit vouloir s’arrêter là, ne marquera pas les annales du cinéma. Et si Michaël Douglas y fait une performance qui aurait dû lui valoir le prix d’interprétation à Cannes, la vie de ce pianiste virtuose, véritable phénomène des années 60, gagnant jusqu’à 300 000 $ par semaine et mort du sida, permet tout au plus la reconstitution flamboyante d’un Las Vegas de tous les excès et des amours homosexuels qui s’y nouaient en toute liberté. Le kitsch est au rendez-vous, Matt Damon moulé dans des tenues improbables aussi avec au final une lassitude certaine dans la volonté du cinéaste de montrer l’envers du décor. Bref, à réserver aux amateurs de chirurgie esthétique qui pourront voir combien celle-ci depuis ces “années folles”a fait des progrès…

AW

Articles similaires