17 août 2018
Aretha Franklin, la reine est morte, vive la reine!

Décidément, le pancréas, ça ne pardonne pas. Après Joël Robuchon la semaine dernière, c’est au tour de la Queen of soul, Aretha Franklin, après un long combat de huit années, d’avoir tiré sa révérence ce jeudi 16 août 2018. 76 ans, 75 millions de disques vendus (ce qui fait d’elle l’artiste féminine ayant vendu le plus de disques vinyles au monde), c’est en avril l’an dernier que le public new yorkais avait pu la voir une dernière fois sur scène pour un gala de charité contre le sida, amaigrie mais en ayant conservé sa voix magnifique. Un destin, on appelle ainsi une vie débutée dans la douleur-orpheline de mère à 10 ans, enceinte à 13 et 15 ans- qui louvoya entre alcool et cigarettes, épreuves et succès jusqu’à la consécration : être, en 1968, classée derrière Martin Luther King comme personnalité noire la plus connue au monde, puis en 1987, devenir la première femme à intégrer le Rock and Roll Hall of Fame tandis que le magazine Rolling Stone la place en tête du classement des meilleurs chanteurs de tous les temps. Enfin en 2009, c’est elle que choisit Barack Obama pour son investiture à Washington.

Respect

Le chant, elle l’avait découvert à cinq ans avec ses soeurs dans la chorale d’une église de Detroit où son père était pasteur. A 14 ans, elle fait ses premiers enregistrements et à 25 ans, signe avec le label Atlantic , début d’une carrière où les tubes s’enchaînent comme Respect- hymne universel pour l’égalité, Think ou Chain of fools, I say a little prayer. Trois albums de ces années-là deviennent des classiques : I Never Loved a Man The Way I Love You, Lady Soul et Aretha Now. De quoi remporter dix huit Grammy Awards avec ses 33 albums avant de connaître un certain déclin lorsqu’elle signe avec le label Arista au début des années 80, lequel la pousse vers le très à la mode Rn’B. La confirmation qu’une maison de disque est capital dans la réssite d’un artiste même lorsque l’on s’appelle Aretha Franklin.

Par Laetitia Monsacré

 

 

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs