5 juillet 2015
Aix en Provence, c’est parti

l_enlevement03103copie-60be6
Tel un rituel immuable, l’ouverture du festival d’Aix-en-Provence, qui coïncide avec les rencontres économiques le premier week-end de juillet, amène son contingent de personnalités, de l’incontournable Roselyne Bachelot à Mathieu Gallet, toujours chaperonné, Rémy Pfimlin ou Alexandre de Juniac, le Pdg d’Air France. Pas sûr pour autant qu’il valait le coup de craquer des miles pour l’Enlèvement au sérail revisité par Martin Kusej au pays de l’or noir dans les années vingt, où les terroristes de l’état islamique ont remplacé Tintin. C’est d’ailleurs par une petite allocution du directeur du festival, Bernard Foccroulle, que commence cette première à l’Archevêché, indiquant qu’au vu des récents évènements, deux détails de la scénographie ont être supprimés : les inscriptions sur le drapeau noir et les têtes coupées au tableau final. Pour autant, avec le linge copieusement tâché d’hémoglobine que ramène Osmin au pacha, le sort des étrangers ne fait aucun doute. Au moins pouvait-on se contenter avec la fosse et la direction de Jérémie Roher, dont l’énergie compense la pesanteur d’une mise en scène qui , par des dialogues réécrit de manière prolixe, rallonge la soirée de presqu’une heure, sans oublier un plateau vocal de bonne tenue. Quelques heures avant, les oreilles avaient à peine de quoi se rassasier au Théâtre du Jeu de Paume, avec une création a cappella, Svabda – mariage en serbe – qui laisse à peine le souvenir de quelques images touchantes de la future épouse autour de ses sœurs et comparses, sur fond de plateau aussi nu que l’ennui qui gagne plus d’une fois le spectateur au cours de ces cinquante-cinq minutes de spectacle. Si vendredi signait l’ouverture mondaine, la veille sonnait l’officielle avec Haendel et Alcina, version manuel sado-maso et démonstration appuyée du monde illusoire de la magicienne. Restait Patricia Petibon dans une prise de rôle incandescente et un orchestre aux mille couleurs sous la baguette d’Andrea Marcon…

GL

Festival d’Aix en Provence jusqu’au 20 juillet 2015

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs