24 février 2017
A Los Angeles, on prend l’Orient Express

C’est au Los Angeles Opera que le chef d’orchestre James Colon dirige en ce mois de février l’opéra comique de Mozart, L’enlèvement au sérail, créé en 1782. James Robinson, le metteur en scène a fait le choix pour ce grand classique- The Abduction- en anglais- de situer l’histoire dans les années 1920, à bord du célèbre train Orient Express de Paris à Istanbul. Au lieu du Palais du Pasha Selim, on ainsi suit le héros, Belmonte, dans le célèbre train qui veut sauver Konstanze, sa fiancée enlevée et détenue dans le sérail du Pacha. Avec des airs de comédie musicale hollywoodienne, les deux rôles principaux sont interprétés par deux artistes qui ont débuté au Los Angeles Opéra : la soprano Sally Matthews (Konstanze) et le ténor Joel Prieto (Belmonte). La soprano So Young Park dans le rôle de Blonde montre par ailleurs une aisance remarquable. Le rôle de Pedrillo est tenu par le ténor Brenton Ryan. Morris Robinson joue Oslim, une belle voix de basse qui s’est déjà distinguée dans les rôles de Sarastro (La Flute Enchantée), Oroveso (Norma) et Fasolt (L’Or du Rhin). La direction musicale de James Conlon est des plus inspirée dans un décor et une mise en scène qui, bien que originaux et inédits, évoluent peu au cours des trois actes, le décor du train offrant un espace qui semble légèrement contraindre les chanteurs dans leurs mouvements.

 L’Enlèvement au sérail, au Dorothy Chandler Pavilion (Los Angeles Opera-135 North Grand Avenue, Los Angeles, 90012) jusqu’au 19 février 2017.

Par Karine Bouvatier

 

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs