4 mars 2013
Une folle réjouissante

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après Jean Anouilh, Annie Duperey retrouve un autre grand « Jean », en la personne de Giraudoux avec une Folle de Chaillot revigorante en diable. Quel bonheur que de retrouver cette grande comédienne de théâtre sur la scène de la Comédie des Champs Elysées, attifée comme un sac, entourée de zinzins attachants comme l’excellent Dominique Pinon, dans le rôle du chiffonnier. L’histoire est celle des petits contre les grands, des « altermondialistes » avant l’heure face au grand capital. « Notre pouvoir expire là où commence la joyeuseté », quoi de plus vrai à voir cette bande interlope, dont l’une entend des voix dans sa bouillotte, l’autre a un animal empaillé, et la comtesse excentrique en diable-autrefois jouée par Kathryn Hepburn , un pouet-pouet à la taille. Le pot de terre contre le pot de fer, cela finira pourtant bien, avec cette idée que « il suffit d’une femme de sens pour que la folie du monde sur elle se casse les dents ! ». Un air de Mary Poppins et le plaisir de passer une soirée où l’on rit face à ce thème de la lutte des classes revisité avec un humour qui n’a pas pris une ride…

AW

La Folle de Chaillot à la Comédie des Champs Elysées

Articles similaires



99,4 % des prévenus au Japon seraient condamnés selon Carlos Ghosn dont la conférence de presse a été diffusée en multivision. Voilà qui fait trembler.
oui