3 mars 2013

C’est en pantalon, derbies et col roulé -on ne fait pas moins féminine- que la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a présenté son projet pour la parité homme/ femme dans la culture et la communication à l’occasion de la prochaine journée de la femme le 8 mars prochain; un vaste programme -lancé un peu au dernier moment- dont elle avait déjà parlé lors de ses voeux en janvier dernier, avec, à l’arrivée, dix mesures qui ressemblent à des voeux pieux lorsque l’on connaît la vérité des chiffres face à un lobbying masculin digne de celui des armes aux Etats-Unis. Ainsi, aucune femme n’est plus en haut de l’organigramme de France Télévisions…“Peut-être parce que le job n’est pas très intéressant!” se sont amusées les invitées journalistes femmes de Catherine Ceylac dans son Thé ou Café  du samedi 2 mars qui s’inscrit dans l’opération En avant toutes! Rémy Pfimlin, présent aux cotés de la Ministre pour présenter l’événement se défendit quant à lui en rappelant que “le comité d’entreprise avait aujourd’hui sept femmes au lieu de deux”-pas de quoi vraiment influer sur les programmes… Alors, oui les femmes sont présentes dans les unités de programmes-“65%”, mais pas aux vraies “manettes” de direction ni de décision.

Les plateaux ou la vie de famille, il faut choisir

Quant aux expertes invitées sur les plateaux, alors là, c’est le désert comme l’a révélé une récente commission…“Nos maisons ne sont pas au garde-à-vous…” Voilà comment Jean Luc Hees, Véronique Cayla,  ou les présidents présents ont tenté de se défendre-à juste titre de cette omniprésence des hommes dans les émissions de débats face à l’éditrice du guide des expertes femmes qui promouvait son livre; reste que les hommes aiment plus paraître… pendant que les femmes sont occupées après leur travail avec cette chose chronophage et bruyante qu’on appelle… des enfants. Contre cela, aucune mesure ne pourra rien; Aurélie Filippetti remise d’une gastro-entérite en était sans doute bien consciente, répondant à l’actrice Eva Darlan, horrifiée à juste titre de l’absence des femmes à la tête des théâtres nationaux. En musique, Laurence Equilbey confirma que c’était pire encore tandis que là comme partout, y compris à la RMN, les femmes sont généralement… les attachées de presse. Voilà donc du pain sur la planche pour Sylvie Pierre-Brossolette avec le CSA et les pubs sexistes, ou tous les membres de ce comité, Sophie Calle, plasticienne, Caroline Champetier, réalisatrice, chef opérateur, l’incontournable Caroline Fourest, journaliste ou encore Marjane Satrapi, réalisatrice.

Par Jim

Articles similaires