On aboie sur...

...les compte rendus affligeants des soirées cannoises

Franchement, on va essayer de faire mieux, sachant que ce ne pourra pas être pire, ce “name dropping” débile et ces récits égotiques de journalistes -lire Olivier Schwob de France Soir-de quoi faire retourner dans sa tombe Pierre Lazareff, créateur génial de ce journal, il est vrai dans une autre époque. L’idée en tous cas de vous raconter ce que vous avez manqué avec cette condescendance-genre”moi j’avais une invit”- est tout simplement du niveau de la cour de récré. Quand à ces soirées, une fois qu’on y a bu du champagne et aperçu de la cuisse, y’a plus grand chose à en dire! Allez, on vérifie pour vous dès mardi…