2 février 2012
Marin Hock

Marin Hock est né à Bruxelles en 1988 et s’intéresse à la photographie dès son plus jeune âge.
En 2006, il entame des études de photographie à l’École Supérieure des Arts « le 75 » à Bruxelles dont il sort diplômé trois ans plus tard. Au cours de ses études, où il suit entre autres les enseignements de Hugues de Wurstemberger, Marin s’intéresse à des sujets très variés, du documentaire à la photographie plus plasticienne en passant par le portrait, la photographie de rue ou encore des projets plus conceptuels. Il cherche avant tout à mettre l’homme face à lui-même.
Il a remporté l’an dernier le concours SFR Jeunes Talents 2011 et a été exposé à Paris-Photo, entre autres avec ces photos « D’une tristesse l’autre » prises dans un centre de psychothérapie institutionnelle, La Devinière, à Charleroi en Belgique.
Cette année, Marin Hock est retourné aux Etats-Unis pour y continuer la série « Détour », une série qui prend racine dans de grandes villes américaines, comme New-York, La Nouvelle-Orléans ou Chicago. Il adhère également au studio de création parisien « Hans Lucas » et participe au festival européen de la jeune photographie « Menotrentuno 03 » en Sardaigne.
Marin projette actuellement de réaliser un projet sur le quotidien du monde maritime, milieu qui le passionne depuis de nombreuses années.

« A la Devinière, j’ai rencontré des hommes et des femmes libres. Si certains sont encore légèrement médicamentés, ce n’est pas pour faciliter le travail des éducateurs, mais bien pour diminuer leurs psychoses. En outre on ne cherche pas à les classifier par pathologie: psychotiques, schizophrènes ou hyperkinétiques… À la Devinière, les thérapies n’ont pas de frontières!

Au fil des années, le nombre de résidents a augmenté. Sous la contrainte sociale, certains sont retournés en centre psychiatrique, d’autres sont partis et vivent de manière plus ou moins autonome, mais pour la majorité, la Devinière est leur foyer.

Articles similaires



99,4 % des prévenus au Japon seraient condamnés selon Carlos Ghosn dont la conférence de presse a été diffusée en multivision. Voilà qui fait trembler.
oui