10 décembre 2016

La photo de classe après les bulletins de notes. On ne sait si l’éducation nationale est sponsorisée par les fournisseurs d’internet ou les vendeurs d’ordinateurs mais il est une chose certaine: sans connexion, point de salut. Le livret scolaire a disparu, fi de ce document que les mauvais élèves essayaient de récupérer dans la boite aux lettres et que les parents devaient signer. Il n’existe plus. Impossible d’échapper aux mots de passe, identifiants à rallonge, minuscules, majuscules pour les parents qui passent pourtant désormais leur vie sur leur clavier. On a plus le choix, on appelle cela le progrès, l’ère numérique; les hackers vont pouvoir s’en donner à coeur joie, nous ne dépendons plus que de nos petits claviers pour collecter une information qui transitait autrefois par nos enfants et est devenue désuète. Les nostalgiques en seront pour leur frais, en route vers le bioman. Et les bioenfants.

LM

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs