12 mai 2014
Flowering Tree, A l’ombre d’un arbre en fleurs

e29d7fe6f510b475da5e8b0fc32d1056

Après le succès de l’an dernier avec I was looking at the Celling and then I saw the sky, le Châtelet accueille à nouveau le compositeur John Adams  avec Flowering Tree, un conte indien que Peter Sellars, collaborateur régulier d’Adams, a adapté pour la scène. Ainsi, une jeune fille douée du pouvoir de se transformer en arbre à fleurs va-t-elle susciter la curiosité puis l’amour d’un prince, avant la jalousie de sa belle-sœur flanquée de ses courtisanes, qui la laisseront au milieu de sa métamorphose.  A histoire indienne, mise en scène indienne, confiée dans cette production à Vishal Bhardwaj, plutôt économe en moyens, mais non en couleurs, pour un opéra initiatique que d’aucuns rapprochent de La Flûte enchantée – du moins le modèle mozartien n’est-il pas absent. Si l’on retrouve la maîtrise rythmique du compositeur américain, la partition séduit aussi par ses élans lyriques, servis en particulier par Paulina Pfeiffer, lumineuse Kumudha, à côté de laquelle le prince de David Curry ne se départit pas assez d’une arrogance très occidentale. Quant au narrateur déclamé par Franco Pomponi, il n’échappe pas à une certaine pesanteur didactique. Saluons également Jean-Yves Ossonce et son Orchestre Symphonique de Tours, tant la fluidité de l’œuvre est tout sauf facile à réaliser.
GL
A Flowring Tree, Théâtre du Châtelet, jusqu’au 13 mai 2014

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs