3 juillet 2014
Chemins de traverse

basilique_de_vezelay_2
A côté des rendez-vous incontournables de l’été, la saison des festivals offre aussi l’occasion de sortir des grandes métropoles et des autoroutes de la culture, et prendre le large au vert ou à la découverte de notre patrimoine, en particulier religieux, écrin idéal pour la musique. Et combien sont nombreux les sanctuaires légués par la chrétienté aux quatre coins de notre hexagone !
Fondée au VIIème et liée à la personnalité du petit-fils de Charlemagne, Nithard, l’abbaye bénédictine de Saint-Riquier est le creuset d’un des plus importants festivals de la baie de Somme qui célèbre à partir du 9 juillet son trentième anniversaire avec Hervé Niquet, lequel dirigera avec son ensemble Le Concert Spirituel le 13 juillet un joyau polyphonique, la Messe pour quarante voix d’Alessandro Striggio, tandis que le lendemain, l’ensemble Les Surprises fêtera Haendel et Rameau pour refermer cette édition 2014 après un shot de jazz avec Paul Lay et son trio.
Vieilles pierres toujours avec Prades et l’abbaye Saint-Michel de Cuxa où plane l’ombre légendaire du violoncelliste Pau Casals. Du 26 juillet au 13 août, Michel Lethiec et ses amis nous emmènera dans un voyage au-delà des frontières comme seules les notes savent le faire, sous le signe de la musique de chambre, sans oublier les concerts de l’académie révélant de jeunes talents, en particulier au violoncelle, et la soirée de clôture en hommage au fondateur du festival. Vieilles pierres encore à Vézelay la cistercienne, où du 21 au 24 août résonneront les voix du Moyen-âge ou de l’ère baroque, sans oublier l’office dominical animé cette année par le Scorpio Collectief et Cappella Pratensis. Et un peu plus au sud, il y a bien évidemment la Chaise-Dieu, du 20 au 31 août, où l’abbatiale Saint6robert accueille les grands noms du répertoire sacré.

Un bol d’air pur et de jeunesse

Mais l’été, c’est aussi le moment de s’aérer tête et poumons, et pour ce faire, direction les Alpes. Entre Annecy et Chambéry, ce sont quinze concerts qui s’échelonnent du 11 juillet au 23 août avec Les Arts Florissants, Le Chœur Les Elements, François-Frédéric Guy… On prend un peu d’altitude aux Arcs, à près de deux mille mètres dans le voisinage de Bourg-Saint-Maurice, festival-académie où l’un des plus remarquables compositeurs d’aujourd’hui, le franco-argentin Martin Matalon, est en résidence, du 19 juillet au 3 août. Et où tout les concerts sont gratuits, et ce depuis  les débuts il y a quarante ans !
La jeunesse justement, c’est d’abord à Cambrai que l’on vient l’entendre où depuis 1991 Georges Gara révèle des nouveaux talents et pas seulement des bêtes de concours. Pour cette vingt-quatrième édition du 4 au 14 juillet, ce sont Pavel Kolesnikov au piano, Alexey Stadler au violoncelle et le baryton Wolfgang Schwaiger qui se joindront à la grande famille des lauréats Juventus, qui reviennent régulièrement pour des retrouvailles, en musique bien sûr. Autre creuset pour les étoiles de demain, Saint-Céré et Figeac, pour le lyrique et le théâtre, sous la férule d’Olivier Desbordes, du 29 juillet au 16 août.

L’appel du large

Mais que serait l’été sans les bains de mer, et avec Menton, véritable perle au bord de la Méditerranée et à la frontière italienne, c’est sur le mythique parvis Saint-Michel que les meilleurs artistes viennent se mesurer aux grands maîtres qui se sont succédés depuis soixante-cinq ans : Gidon Kremer, Renaud Capuçon, et tant d’autres – du 1er au 14 août. A moins que vous ne préfériez les charmes de l’Atlantique avec Jazz au phare sur l’île de Ré, du 16 au 21 août, tandis que les amateurs de bonne chère auront le choix aux confins du Périgord et du Limousin, avec le festival de la Vézère voisin, jusqu’au 23 août, ou bien Sinfonia à la fin du mois. A moins d’aller faire un tour du côté de Nexon et des arts du cirque, du 15 au 23 août, période pendant laquelle se tiendra également le premier festival dédié à la mémoire à Eva Ganizate, brutalement disparue cette année, à Saint-Benoît-du-Saulx, au sud de Châteauroux, où elle est enterrée.

GL

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs